© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon

Un peu d'histoire

 

Saint-Imoges, c’est une clairière au milieu de la forêt, sur le plateau de la Montagne de Reims. La superficie totale du territoire est de 1 713 ha, dont 1 507 ha de forêts (altitude 275 m).

 

Le Blason de la Commune de Saint-Imoges est composé d’un chêne, en mémoire à Notre-Dame-du Chêne, et de trois coquilles St Jacques, signifiant que St Imoges était autrefois situé sur le passage des pélerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle.

 

CURIOSITES

 

L’Eglise actuelle, dédiée à Notre Dame du Chêne, a été bâtie en 1508, sur les ruines d’une ancienne église.

Un vitrail représente les portraits de neuf soldats de la commune morts au cours de la guerre 1914-1918.

La Statue de la Vierge Miraculeuse, datant du 13ème siècle, que l’on découvrit dans une niche creusée dans le tronc d’un chêne, au lieu-dit le Bois Notre-Dame, a depuis été transportée dans l’église paroissiale.

Une copie a été placée dans une clairière, en bordure de la RD951. Le chêne actuel dit « Le Chêne à la Vierge » a été béni solennellement en 1880 par Mgr Langénieux, Cardinal Archevêque de Reims. Il est entouré d’une grille offerte par la Fabrique de la Cathédrale.

Le Carillon date de 1842, unique en Champagne-Ardenne, et présente un intérêt au point de vue de l’histoire du patrimoine campanaire. Il a été classé monument historique le 3 Novembre 1987.

 

Le Cimetière militaire franco-britannique 1914-1918.

Le carré militaire britannique se trouve au fond du cimetière communal derrière l’église. Y ont été inhumés les corps de 77 soldats britanniques dont 1 soldat inconnu, tués dans ce secteur entre le 19 et le 28 juillet 1918. D’autre part, une tombe française est au milieu du carré britannique.

Le carré militaire français est situé à côté de celui des Anglais. 21 soldats français tués au cours de la même période, y sont enterrés.

 

Le hameau de la Neuville en Beauvoir.

 Ce village autrefois très important fut un relais sur la voie romaine. Il ne subsiste plus aujourd’hui qu’un gîte de tourisme.

 

Site fossoyé du château de Vernay.

Vers 950 à 1000, des voyageurs armés dont le nom nous est inconnu, s’emparèrent de la terre du Petit Maupas (ou mauvais pas, ce sont des marécages) et construisirent une forteresse de bois. Au cours des années qui suivirent, ils y firent des fondations, creusèrent des fossés et transformèrent ce village en un véritable château fort. Le château fut laissé à l’abandon par les seigneurs de Nanteuil et fut ensuite pillé. En 1789, le château était encore sur pieds, les paysans le démolirent après la Révolution afin d’éliminer toute marque de la domination noble.

Il est situé dans la forêt, entre Germaine et Saint-Imoges, non loin de la RD951. Cet ancien château n’est plus actuellement qu’un tas de rocailles. On peut encore y distinguer les fossés remplis d’eau et l’île où il se trouvait.

 

Anciennes briqueteries.

La Briqueterie de Bellevue, au lieu-dit le Vertin, date de 1869, dépendant de la Tuilerie Briqueterie de Dizy, et lui servait d’annexe. On extrayait les limons bruns rouges qui servaient à la fabrication des tuiles et des briques. La terre était amenée par wagonnets sur un quai encore visible aujourd’hui, à la sortie de Champillon. L’exploitation s’arrêta au début des années 30, peu avant la fermeture définitive du site de Dizy. La cheminée et un four sont encore existants. Un projet de réhabilitation par le Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims est en cours.

La Briqueterie du Bois-Joli, apparue dès 1873, représentait le site le plus important de St Imoges et employait un grand nombre d’habitants du village. Le four y était identique à celui de Bellevue, à charbon. Des « chauffeurs » se relayaient toutes les 12 heures pour surveiller la température qui devait rester constante durant tout le temps de cuisson. Douze ouvriers dont quatre femmes y travaillaient. Reconverti en scierie, après l’arrêt de la fabrication des briques au début des années 50, le site ferma définitivement en 1970. La cheminée, devenue très dangereuse, et menaçant de s’effondrer, a été démolie en 1996.

 

 

DE L’ORIGINE DU NOM DE LA LOCALITE

 

SAINT-IMOGES viendrait de « sainte image », parce qu’il y a très longtemps, il a été trouvé dans une niche creusée dans le tronc d’un chêne, une vierge tenant dans ses bras l’enfant Jésus.

 

Une théorie très valable voudrait que Notre-Dame-du-Chêne ait été ramenée dans la forêt de Saint-Imoges, près du château de Vernay, aujourd’hui lieu-dit « Bois Notre-Dame », par l’un des seigneurs du lieu ayant participé aux croisades, à la suite du premier appel du pape Urbain II.

 

L’église actuelle, récemment restaurée, bâtie en 1508, est dédiée à « Notre-Dame-du-Chêne ».

 

D’après les travaux d’Auguste LONGNON, dont l’autorité en matière de toponymie est incontestable, l’origine du nom est beaucoup plus ancienne.

 

Dans ses études, on relève une foule de noms de lieux tirés du latin mages latinisé en magus, ayant le même sens que campus, désignant une plaine ou un champ, convenant parfaitement à notre village et son environnement, ce plateau en forme de clairière au sein des forêts de la Montagne de Reims.  

 

Mais pourquoi ce mages serait-il saint ? Tout simplement parce qu’à cet endroit se trouvait jadis une halte au carrefour des chemins menant à Saint-Jacques de Compostelle.

 

C’est  si vrai que l’église paroissiale était placée sous le vocable de Saint-Jacques.   En 1306, un pouillé (registre paroissial) citait encore Saint Jacques, pour la dernière fois.

 

C’est la découverte de la statue  qui  est venue imposer le nom  de  Notre-Dame-du-Chêne.

 

Saint-Imoges ne serait donc pas la « sainte image », mais le sancti mago abritant tous ces fidèles partant pour un autre magus.

 

Par ailleurs, lors de la révolution française, notre village fut rebaptisé "Longmont".

 

De notre temps, dans les années 70, en choisissant ses armoiries, notre commune a su réunir Notre-Dame et Saint-Jacques, grâce au chêne miraculeux et aux coquilles des pèlerins.

 

Aujourd’hui, il y a dans notre village, une rue Saint Jacques, une rue de Longmont et une place Notre-Dame-du-Chêne (place de la mairie).